Réduire les risques d’exfiltration de données grâce au CIL

Les internautes comme les grands groupes internationaux ne sont jamais à l’abri d’utilisations frauduleuses de leurs données à caractère personnel. Et pour une entreprise qui a beaucoup à cacher, ne serait-ce que l’identité de ses plus gros clients. A cet effet, connaître les réglementations et conserver ses informations top secrètes évitera plus d’un incident diplomatique.

Le CIL : qu’est-ce exactement ?

L’acronyme CIL est encore un mystère pour beaucoup. Le Correspondant Informatique et Libertés appelé aussi Data Privacy Officer est si l’on veut une personne, un génie de l’informatique plus précisément, désigné pour gérer le partage des fichiers de travail d’une boîte X et surtout pour s’assurer de la protection des données de celle-ci. Dans ce sens, l’expert y réalise un audit Informatique et Libertés pour vérifier si le système de protection des données mis en place au sein de la compagnie ne comporte pas de faille et si les traitements sont conformes à la loi informatiques et libertés. A titre d’exemple, la société http://anaxil.fr fournit des services CIL complets correspondant à toutes les situations et offrant une meilleure protection des données à ses clients.

Parmi ses principales missions, le CIL forme également les firmes à cette tâche. En effet, les dirigeants les plus suspicieux redoutent de délivrer entre les mains d’une personne étrangère à l’entreprise leurs données les plus secrètes par peur de fuite. Beaucoup d’entre eux préfèrent de ce fait assister à des formations présentielles ou à distance afin de ne pas courir le moindre risque. Cette décision peut aussi s’expliquer par un manque de moyens financiers.

Ce qu’on apprend à une formation de CIL ?

Élire un CIL parmi une foule de prestataires s’avère particulièrement difficile dans le cas où le principal concerné se devra de faire preuve d’une neutralité à toute épreuve. Car oui, si un conflit d’intérêts survient au sein de l’organisme, elle est toute désignée pour détenir entre ses mains l’avenir de l’entreprise, voire d’un pays tout entier. C’est pourquoi beaucoup aujourd’hui préfèrent s’occuper de cette besogne eux-mêmes par peur qu’une guerre d’informations éclate. Les dirigeants suivent alors une formation CIL, durant laquelle ils prennent connaissance des règlementations en vigueur et des lois régissant n’importe quel cas de litige virtuel. D’ailleurs ce type de formation à l’issue de laquelle l’enseigne se voit remettre un certificat, est indispensable pour rassurer ses clients quant à la sécurisation de leurs données, surtout au niveau du paiement.

Be the first to comment on "Réduire les risques d’exfiltration de données grâce au CIL"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*